LE DEVELOPPEMENT DURABLE
Gestes et Choix Utiles
Grammaire

La grammaire


Difficulté des vidéos

¡
niveau débutant / intermédiaire
¡¡
niveau intermédiaire / avancé
¡¡¡
niveau avancé / francophone
 
Le Développement durable
Mise en pratique
Texte 1
Haut de page
Glossaire
J'aime ma Terre.
 

Ma Terre, mon espoir

1. Il s'agit bien entendu d'une prière inspirée par le Notre Père des chrétiens. Si vous ne le connaissez pas en français, lisez-le et dites ce que vous pensez des modifications apportées et pourquoi elles pourraient être pertinentes dans le cadre de notre étude ?

2. Pour que les hommes survivent, il faut que la Terre continue de supporter la vie plus ou moins comme elle le fait depuis des millions d'années. Pensez-vous que des changements dans notre façon de vivre soient nécessaires ? Lesquels ?

3. Montaigne, écrivain et maire de Bordeaux au 16e siècle, disait : «.Si je savais une chose qui fût bonne pour ma paroisse mais mauvaise pour ma ville, je la rejetterais comme mauvaise ; si je savais une chose qui fût bonne pour ma ville mais mauvaise pour ma province, je la rejetterais comme mauvaise ; si je savais une chose qui fût bonne pour ma province mais mauvaise pour mon pays, je la rejetterais comme mauvaise. » Voteriez-vous pour un politicien qui se présenterait à la tête de votre pays en continuant comme suit la phrase de Montaigne.: si je savais une chose qui fût bonne pour mon pays mais mauvaise pour ma planète, je la rejetterais comme mauvaise. »

La conscience de mon pays

1. Pensez-vous que votre pays fasse ses choix de société en fonction de la survie de la planète ou en fonction d'intérêts nationaux ?

2. La plus grande des morales n'est-elle pas finalement la volonté de l'homme mise au service de la survie et de la planète et des hommes qui l'habitent ?

Pour en savoir plus

1. L'UE, une culture humaniste

Approfondissement vidéo

¡¡¡
¡¡¡
¡¡

Notre Terre
Notre Terre qui es dans l'espace,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne perdure,
Que ton équilibre soit maintenu à Etrépagny (votre lieu de naissance) comme à Concord (votre lieu de résidence).
Donne-nous aujourd'hui notre nourriture quotidienne,
Pardonne-nous nos excès comme nous nous les pardonnons si généreusement.
Et ne nous soumets pas à la tentation de t'exploiter sans tenir compte de ta survie et de celle des autres hommes,
mais délivre-nous de ta destruction et de celle de nos frères et sœurs et que notre énergie soit tout employée à la liberté, à l'égalité, à la fraternité, à la légalité et à l'identité.

Une prière est un pont fait pour unir.
Laurent Patenotte 2009/04/22

Notre Père
Notre Père, qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite
Sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Pardonne-nous nos offenses,
Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés
Et ne nous soumets pas à la tentation,
Mais délivre-nous du mal.
(facultatif): Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles.


Verbes

1. Notre Terre

2. Notre Père

Expression verbale

1. Notre Terre

Noms

1. Notre Terre

2. Notre Père

Adjectifs

1. Notre Terre

Quizlet

     
Mise en pratique
Texte 2
Haut de page
Glossaire
 
Je fais le choix du nucléaire.
 

Mes choix

1. Dans une démocratie, l'ensemble des citoyens est responsable des choix politiques à travers le vote. La position des candidats sur les énergies est-elle un facteur déterminant pour vous ?

2. Accepteriez-vous d'habiter à proximité d'une centrale nucléaire ou d'en laisser construire une près de chez vous ?

3. Si vous étiez maire d'une commune, pour quelles raisons vous verriez-vous soutenir ou rejeter un projet de construction de centrale ?

Les choix dans mon pays

1. Comment expliquez-vous que la politique énergétique américaine du président Bush ait concentré ses efforts sur le développement et le contrôle des ressources pétrolières.?

2. Auriez-vous voté pour Al Gore en l'an 2000 parce qu'il envisageait de mener une politique environnementale astreignante pour Détroit (moteurs plus petits / recherche dans le domaine des voitures électriques...) ?

3. L'EPA (Environmental Protection Agency) mérite-t-elle toute notre attention en tant que citoyens américains et planétaires ?

Pour en savoir plus

1. L'énergie nucléaire en Europe
2. Le nucléaire civil dans le monde
3. Défis et enjeux du nucléaire

Approfondissement audio

1. Les abus du nucléaire

Approfondissement lecture

1. B. Barré et le choix du nucléaire
2. La France prépare le nucléaire de 2040

Approfondissement vidéos

¡¡
¡ii
¡¡
¡¡

En 1973, la France a fait le choix du nucléaire à la suite de l'embargo de l'OPEP sur les produits pétroliers.

N'ayant pas de pétrole, peu de charbon et encore moins de gaz naturel, la France, déjà État membre de ce qui est maintenant l'Union européenne, dépendait entièrement de ses importations pour subvenir à ses besoins énergétiques.

Alors, afin d'assurer son indépendance énergétique vis-à-vis de pays producteurs d'énergie comme les pays du Moyen Orient (pour le pétrole), l'Algérie et la Russie (pour le gaz),  les présidents français – de Gaulle, Pompidou, VGE, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et maintenant Hollandeont tous soutenu le développement d'un parc de centrales nucléaires extensif contrôlé par une entreprise d'État : l'EDF. En conséquence, elle importe moins de 50% de ses ressources énergétiques, selon les calculs du gouvernement. Mais, comme le rappelle Mycle Schneider (écouter, les abus du nucléaire dans Approfondissement audio), «.Il faut calculer le taux d’indépendance sur la base de l’énergie finale et non sur la base de l’énergie primaire. Cet ajustement simple divise par deux le taux officiel de 50 % d’indépendance énergétique affiché par le gouvernement. En outre, il faut rappeler que la totalité de l’uranium utilisé dans les centrales est importée. Ce qui n’est pas pris en compte [dans les calculs officiels]. Aujourd’hui, on peut estimer l’indépendance énergétique française à environ 8 %. »

Quoi qu'il en soit, dans la France de 2009  on compte près de soixante centrales nucléaires produisant 80% de l'électricité. La France est maintenant devenue un État producteur d'électricité si bien qu'elle peut en revendre à ses partenaires européens. De plus, la commercialisation de son savoir-faire dans ce domaine très pointu fait aussi partie intégrante de sa politique d'ouverture en faveur de pays comme la Chine, l'Irak, voire l'Iran, la question du nucléaire civil pour ce dernier n'étant pas du tout un sujet tabou.

La France voit aussi d'un œil très favorable le regain d'intérêt d'États comme la Suède, le Royaume-Uni ou de pays comme les États-Unis et bien sûr la Chine pour le nucléaire civil et se place très favorablement sur le marché international pour la qualité de sa recherche et de son équipement. Les Français, en effet, en sont à la mise en place de la troisième génération de leurs réacteurs nucléaires et comptent bien exporter ce savoir-faire dans les années à venir.

Pour finir, l'installation du projet ITER sur son territoire fait de la France le pays le plus innovant dans ce secteur.

Mais le pari du nucléaire soulève cependant des controverses. Ainsi, la ministre de l'environnement, Madame Ségolène Royal, souhaiterait voir la part du nucléaire descendre à un niveau nettement plus bas, 50% d'ici 2025, et demande à ce qu’on augmente celle d'énergies renouvelables moins controversées comme l'éolien, le solaire, le biomasse, la géothermie et l'hydroélectrique, respectant en cela les objectifs européens sur le pourcentage des énergies renouvelables fixés par et pour chacun des États de l'Union.

Si l'avantage majeur du nucléaire est qu'il ne produit aucun CO2, on lui reproche, cependant, la disposition et le traitement de ses déchets radioactifs ainsi que l'élévation du nombre de certains cancers - celui de la thyroïde notamment - chez les habitants de zones d'habitation construites à proximité des centrales.
Laurent Patenotte 2014/07/28

Verbes

  • avoir : ayant. Participe présent du verbe.
  • dépendre de : être subordonné à.
  • subvenir à : pourvoir à, procurer le nécessaire.
  • assurer : garantir, rendre sûr.
  • soutenir : aider. Je soutiens, nous soutenons / je soutiendrai / j'ai soutenu.
  • compter + infinitif : s'attendre à + infinitif.

Noms

Adjectifs

  • tabou : dont on ne parle pas.
  • innovant : qui est à la pointe de la recherche, de l'invention.
  • bas ≠ haut.

Adverbes

  • peu : une petite quantité.
  • moins : comparatif pour marquer l'infériorité.
  • déjà : dès à présent, auparavant.
  • entièrement : de façon complète, entière.
  • voire : et même.

Préposition

  • à la suite de : après.

Constructions grammaticales

  • « N'ayant pas de pétrole, peu de charbon et encore moins de gaz naturel, la France, déjà état membre de ce qui est maintenant l'Union Européenne, dépendait entièrement de ses importations pour subvenir à ses besoins énergétiques. » : Notez le sujet la France et le groupe nominal sujet N'ayant pas de pétrole, peu de charbon et encore moins de gaz naturel, la France, déjà état membre de ce qui est maintenant l'Union Européenne. Il s'agit ici d'une expansion du sujet.

Quizlet

     
Mise en pratique
Texte 3
Haut de page
Glossaire
Combien de planètes Terre ?
 

Mes choix

1. L’avenir de la planète vous préoccupe-t-il ? Si oui, comment vos préoccupations se manifestent-elles ? Si non, pourquoi ?

2. Avez-vous modifié votre mode de vie ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ?

3. Soutenez-vous une association qui se bat pour préserver la planète ? Si oui, laquelle ? Décrivez ce que fait cette association et votre rôle ? Si non, pourquoi ?

4. Vous intéressez-vous de près aux choix écologiques des canditats politiques qui se présentent aux élections dans votre ville, état, pays ? Si oui, que recherchez-vous chez un candidat ? Si non, pourquoi ?

5. Les études que vous faites, ou vous proposez de faire, ont-elles un lien avec la préservation de la planète ? Si oui, comment ? Si non, comment pensez-vous concilier vos études/votre emploi futur avec la protection de la planète ?

 

Les choix dans mon pays

1. Le/la maire de votre ville, votre gouverneur(e) et M. Obama, votre président, mènent-ils ou mènent-elles une politique responsable vis-à-vis de l'environnement ? Quelles démarches concrètes ont-ils ou ont-elles prises dans ce sens ?

Approfondissement lecture

¡¡¡

Approfondissement vidéo

¡¡¡

Jacqueline McGlade
constate que le niveau de vie des Européens s’appuie fortement sur une surexploitation des ressources issues d’autres régions du monde et elle préconise une révolution de l’éco-efficacité.

On sait que le philosophe Isaiah Berlin avait identifié deux libertés : la liberté de faire le bien et la liberté par rapport aux obstacles et contraintes. Une vie harmonieuse s’obtient quand on parvient à équilibrer les deux.

On a fait beaucoup d’efforts pour obtenir certaines libertés positives, comme le droit de s’exprimer, d’agir, de voter, d’organiser et de créer du travail et de la richesse, au point où l’exercice de ces droits limite les libertés et les droits d’autres personnes. On accorde donc aujourd’hui plus d’importance aux libertés négatives, comme par exemple, le droit de ne pas avoir peur ou faim, de ne pas être victime d’accidents, de ne pas souffrir du terrorisme, du chômage, ou des maladies.

Plus récemment, le concept de « sécurité environnementale » est apparu pour définir une nouvelle classe de droits « négatifs », comme le droit de ne pas manquer d’eau, d’énergie et d’autres ressources vitales, de ne pas subir la pollution et les catastrophes naturelles et industrielles, et de ne pas perdre les services essentiels fournis par les écosystèmes du monde (voir tableau). Lorsque le sentiment d’insécurité est suffisamment fort, il peut provoquer des migrations qui sont elles-mêmes une source supplémentaire d’insécurité.

Depuis une décennie au moins, les préoccupations quant aux sources d’insécurité environnementales sont en hausse dans les milieux militaires et de politique étrangère. En 1996, alors qu’il était Secrétaire d’Etat américain, Warren Christopher déclara ceci : « Notre capacité à faire progresser nos intérêts mondiaux est inextricablement liée à la manière dont nous gérons les ressources naturelles de la Terre...[et à la manière dont nous nous accommodons] du danger immense et inédit que constituent pour nos intérêts nationaux la dégradation de l’environnement et l’instabilité régionale et mondiale qui en résulte. »

Dans bien des pays malheureusement, les esprits militaires et les communautés chargées de la sécurité nationale ne sont pas prêts à faire face à ces nouvelles menaces : ils sont trop conservateurs, insulaires, et tournés vers le court terme et les menaces militaires évidentes. Par contre, une bonne partie de l’opinion publique est au fait de ces nouveaux dangers et de ce qu’il faut faire pour les combattre : dans un récent sondage, les Slovènes considéraient que la première priorité de leur armée était d’aider les populations en cas de catastrophe naturelle. Au fur et à mesure que se multiplieront les inondations, les canicules, les incendies et les avalanches associés au changement climatique, en Europe comme ailleurs, l’opinion publique comptera de plus en plus sur l’armée pour apporter son aide en cas de catastrophe.

En Europe, depuis le début de la Révolution industrielle, la sécurité nationale et environnementale est prisonnière d’un réseau complexe d’impérialisme et de colonialisme. L’Europe n’a jamais été autosuffisante au niveau des matières premières dont elle a besoin pour satisfaire ses modes de consommation et son niveau de vie.

Le niveau de vie des Européens dépend fortement et de plus en plus de ressources qui se trouvent hors de leurs frontières et dont les économies en expansion comme la Chine, l’Inde et l’Amérique du Sud ont également besoin. Quatre-vingt-quinze pour cent de l’eau utilisée en Hongrie, par exemple, vient des pays voisins et 40 % du gaz européen est produit en Russie et transite par l’Ukraine – une insécurité dont l’Agence internationale de l’énergie vient de souligner l’urgence.

En Inde, durant la lutte pour l’indépendance, on demanda au Mahatma Gandhi s’il pensait que son pays atteindrait le même niveau de vie que sa puissance coloniale. Il répondit ceci : « La Grande-Bretagne a utilisé la moitié des ressources de la planète pour atteindre sa prospérité. De combien de planètes un pays comme l’Inde aurait-il besoin ? »

Aujourd’hui, le Living Planet Report du WWF fournit la réponse à cette question. Si le niveau de vie des Européens devait s’étendre à l’échelle mondiale, l’humanité aurait besoin de plus de deux planètes et demie comme la Terre pour renouveler ses ressources au rythme où elle les utilise (voir chiffres). Le rapport précise qu’aujourd’hui, la demande mondiale excède déjà d’environ 20 % les capacités de régénération de la planète.

Si nous ne voulons pas que l’insécurité environnementale s’accélère, en Europe et dans le monde entier, il faut révolutionner l’éco-efficacité. Cela permettrait de conserver des niveaux de vie élevés tout en divisant par dix au moins les quantités d’énergie et de matériaux utilisées. Ceci implique de découpler l’utilisation de l’énergie et des ressources et l’activité économique. Un changement aussi radical pourrait laisser suffisamment d’espace écologique pour que les 5,5 milliards d’humains qui ne vivent pas dans des pays de l’OCDE puissent atteindre de bons niveaux de vie – sans qu’il soit besoin de nouvelles planètes inaccessibles.

Le découplage dépend de la quantité consommée par chaque personne et de l’efficacité de la production industrielle. Il doit également tenir compte de l’équité en matière de consommation. L’éco-efficacité peut être grandement améliorée de trois façons principales :

D’abord, par une utilisation plus acceptable et plus équitable des ressources, grâce aux innovations écologiques optimisant le travail et le capital naturel.
Ensuite, en rééquilibrant les produits fortement capitalistiques au profit de services à prédominance de main-d’œuvre.
Enfin, en atteignant une vie de qualité en mettant l’accent sur la convivialité et « la suffisance qualitative » en matière de consommation plutôt que sur « l’efficacité quantitative » en matière d’utilisation de l’énergie et des ressources.

EEA Signals, rapport de l’Agence européenne pour l’environnement daté de 2004, fait état de certains progrès dans l’éco-efficacité de l’utilisation énergétique : la consommation énergétique a augmenté de 7 % entre 1995 et 2001, mais pas aussi rapidement que les 16 % de croissance économique. On note cependant peu de progrès dans d’autres domaines comme les transports, l’utilisation des ressources et la production de déchets. Il est crucial de surveiller ces tendances pour détecter les premiers signes de danger : le Système de surveillance de la sécurité environnementale mondiale proposé par les Européens pourrait jouer un rôle fondamental dans ce domaine.

Dans sa « Stratégie de Lisbonne », la Commission européenne a établi un lien entre la stabilité économique et la prospérité – notamment en termes de création d’emplois et de compétitivité – et la cohésion sociale. On considère qu’il s’agit d’une question principalement socioéconomique, à traiter à travers le développement du marché intérieur, en donnant plus d’importance à l’emploi, à la technologie, à l’innovation, à la citoyenneté et à la responsabilité individuelle.

L’industrie de l’Europe est en train de subir un changement radical – elle est désormais moins axée sur la fabrication et plus sur les compétences liées au service. Parallèlement, la population de l’Europe est de plus en plus urbaine et de plus en plus détachée géographiquement des ressources naturelles dont sont tributaires sa consommation et sa qualité de vie. Ces facteurs s’associent pour donner l’impression à de nombreux citoyens qu’ils sont très éloignés des ressources naturelles.

L’environnement de l’Europe joue un rôle fondamental mais souvent oublié de pilier de la structure sociale. L’équité environnementale a été identifiée comme étant une composante clé de la stabilité et de la cohésion sociale à de nombreux niveaux, allant de la sécurité nationale à la stabilité locale. Les problèmes environnementaux – comme le changement climatique, les points chauds de pollution ambiante urbaine ou la trop grande dépendance des importations énergétiques ou de ressources – risquent, à long terme, de déstabiliser la société européenne. Par conséquent, des politiques environnementales efficaces accompagnées de processus ouverts et transparents de comparaison des performances et progrès des différents pays représentent des éléments importants de maintien de la cohésion sociale.

En 2004, les frontières de l’Europe se sont déplacées vers l’Est, se rapprochant encore des régions plus troublées du Caucase, de l’Asie Centrale et du Moyen-Orient. Suite aux événements du 11 septembre, la question de la sécurité est désormais fermement inscrite à l’ordre du jour des Européens. Dans la nouvelle Europe élargie, les inégalités sont plus grandes que jamais. Le PIB global des dix nouveaux Etats membres est inférieur à celui de bien des pays européens individuels. Les disparités régionales sont en hausse entre l’Est et le Sud ruraux, et le Centre et le Nord plus affluent. Avec l’entrée éventuelle de la Turquie, de la Roumanie et de la Bulgarie, ces inégalités risquent fort de s’accentuer dans les années à venir.

L’Europe peut permettre d’améliorer la cohésion sociale et la sécurité environnementale, tant à l’intérieur de l’Union européenne qu’au-delà de ses frontières, à condition d’assumer une responsabilité active pour son utilisation de la nature, de favoriser les meilleures pratiques en matière de technologies écologiquement efficaces et de mettre au point des politiques de protection environnementale avantageuses pour tout le monde.

Jacqueline McGlade est Directrice exécutive de l’Agence européenne pour l’environnement.

Photo : Myung Von Kang/PNUE/Topham

Ce numéro :
Sommaire | Editorial K. Toepfer | Le réveil | La sécurité ça se plante ! | Une paix naturelle | Personnalités | Il n’est plus temps de tergiverser | Attirer les investissements privés | Réorientons le débat sur l’énergie et la sécurité | En bref : Sécurité environnementale | Profil : Salman Ahmad | Combien de planètes Terre ? | Casques verts | Produits et publications | Initiative pour le changement | Sécurité et turbulence | L’eau et la guerre | Vaincre la « malédiction des ressources » | Le vert, couleur de la paix | C’est une question de pauvreté

Articles complémentaires:
Personalités de premier plan
(Patrimoine Mondial et Aires Protégées) 2003

Pratique !
Téléchargez la barre d'outil du dictionnaire multifonctions et accédez en un clic à la définition de votre choix.

Pour Internet Explorer (PC)  |  Pour Firefox (PC et Mac).

Conseil !
Ecrivez tous les mots que vous recherchez dans votre cahier. Sinon, vous les oublierez et vous ne saurez pas les réutiliser. Ensuite, créez votre propre quizlet et testez-vous!)

Quizlet

 

     
Mise en pratique
Glossaire
Le pétrole, le charbon ou la géothermie ?
 

Mes choix

1. Selon vous, quel parti politique semble le mieux défendre les intérêts économiques régionaux ?

2. Selon vous, quel parti politique essaie de mettre en place une politique énergétique qui tient le plus compte de l'environnement ?

3. Selon vous, quels sont les politiciens les plus vocaux sur la question de l'environnement ?

4. Comparez vos réponses avec celles de vos camarades de classe.

Les choix dans mon pays

1. Quelles sont les positions de l'Administration Obama quant à la politique énergétique des États-Unis à l'heure actuelle ?

2. Quelles sont les positions du gouvernement français quant à la politique énergétique de la France à l'heure actuelle ?

3. Quelles sont les positions du gouvernement de votre pays quant à sa politique énergétique à l'heure actuelle ?

Approfondissement vidéos

1. À vous de trouver une vidéo et de la commenter.



Choisir une politique énergétique pour les dix, voire les vingt années à venir n'est une tâche facile pour aucun gourvernement. Certains intérêts économiques poussent les pays vers des prises de position qui ne sont pas toujours les meilleures pour l'environnement mais qui ont l'avantage de répondre à des nécessités locales urgentes. Le chômage et l'activité économique d'une région sont des paramètres tout aussi sérieux que le degré de CO2 dans l'atmosphère aux yeux de ceux (comme les mineurs) dont la survie de leur travail dépend directement du choix fait par nos dirigeants. La crise des mineurs anglais de 1984, merveilleusement illustrée par le film et la comédie musicale Billie Elliot, nous rappelle vers quel cataclysme social une conversion trop rapide peut nous entraîner.

Choisissez un pays producteur de pétrole et essayez, à partir de recherches approfondies, de songer à sa politique énergétique dans les années 2040-2050 tout en sachant qu'un jour la production de pétrole ne pourra plus suivre sa demande. Il s'agit ici du pic de production du pétrole. Alors, que ce pic pétrolier soit définitivement atteint dans la décennie qui vient de s'ouvrir ou que nous arrivions plutôt à un plateau qui risque de se prolonger jusque dans les années 2030, il est certain que le prix du baril de pétrole rendra les autres sources d'énergie plus abordables, donc plus compétitives et politiquement plus défendables.

La classe peut se donner des représentants de certaines industries, de partis politiques différents, de syndicats différents, ou de groupes de citoyens dont les intérêts peuvent ne pas coïncider. Bonnes recherches et bons débats.

Laurent Patenotte 2010/05/05

Pratique !
Téléchargez la barre d'outil du dictionnaire multifonctions et accédez en un clic à la définition de votre choix.
a

Pour Internet Explorer (PC)  |  Pour Firefox (PC et Mac).

Conseil !
Ecrivez tous les mots que vous recherchez dans votre cahier. Sinon, vous les oublierez et vous ne saurez pas les réutiliser. Ensuite, créez votre propre quizlet et testez-vous!)

 

La COP21, Paris, décembre 2015 !
Les engagements des États, (Le Monde du 5 août 2015)

 

Quizlet

     
Mise en pratique
Texte 5
Haut de page
Glossaire
Je soutiens la politique des verts.
 

Mes choix

1. Quel genre de véhicule rêvez-vous de conduire ? Quel est son impact sur l'environnement ?

2. Vous verriez-vous transformer vos moteurs à explosion en moteurs électriques comme M. Léonce Rudelle (voir la vidéo 2) ? Pourquoi ?

Les choix dans mon pays

1. Quels États américains ont développé une politique environnementale sérieuse ?

2. À votre avis, l'exécutif et le législatif américains en font-ils assez, trop ou pas assez pour l'environnement ?

Approfondissement audio

1. Le solaire, encore dans l'enfance.

Approfondissement vidéos

1. Le solaire : village marocain
¡
2. La méthode Rudelle (humour) ¡¡
3. Pour sortir des énergies sales ¡¡
4. Europe et écologie
¡¡¡

- J'achète une voiture moins polluante. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a dévoilé ce mercredi matin son palmarès 2008 des voitures les moins polluantes : La France championne d'Europe des ventes de véhicules propres. Lire l'article de Philippe Brochen.

- Je repense la politique nucléaire française et soutiens des dirigeants politiques plus ouverts à des énergies alternatives comme le solaire :

« L'électricité solaire est encore dans l'enfance »
à écouter, Durée : 21'42.

En plein boum et très à la mode, l'énergie solaire photovoltaïque ne représente pourtant encore qu'une très faible part de l'électricité produite en France. Entretien éclairé avec Raphaël Claustre, spécialiste des énergies renouvelables.

En France, l'électricité d'origine solaire représente 87 Mégawatts contre 5308 en Allemagne. Un chiffre minuscule qui masque un engouement réel depuis quelques années : en 2008, la capacité photovoltaïque française a été multipliée par trois.

Pour décrypter cette tendance et débattre des avantages, des limites et des perspectives de l'électricité solaire, LibéLabo a invité Raphaël Claustre, directeur du Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER), qui regroupe associations, entreprises et organismes publics.

Il est interviewé par Guillaume Launay et Florent Latrive.

- Je transforme tous mes moteurs en moteurs électriques. On appelle ça la méthode Rudelle (voir la vidéo 2).

verbes

noms

adjectifs

Quizlet

     
Mise en pratique
Texte 6
Haut de page
Glossaire
Je repense l'urbanisme.
 

Ma maison

1. Qu'est-ce qui vous fait rêver ?

a. Un ranch dans le Montana ?
b. Un pavillon dans une banlieue cossue comme Scarsdale pour New York, Bloomfield Hills pour Détroit ?
c. Un appartement en centre ville avec des petits commerçants alentour ?

Les choix dans mon pays

1. Quelles villes américaines développent une politique urbaniste sérieuse qui tient compte du développement des transports en commun ?

2. Le développement et la construction de pavillons de banlieue avec piscines et grands jardins sont-ils à terme amenés à disparaître ?

2. À votre avis, l'exécutif et le législatif américain en font-ils assez, trop ou pas assez pour développer un urbanisme qui tienne compte de l'environnement ?

Approfondissement lecture

1. Un engagement politique de l'Union Européenne

Approfondissement vidéo

1. Pour une ville désirable
¡¡¡
2. Transcription de la vidéo
¡¡¡

 


1. Habiter en ville, pas forcément dans le centre, mais dans un rayon de 5 à 10 km, distance aisément accessible en vélo ou en transports en commun. L’idéal étant l’endroit situé à peu près à mi-chemin de son travail et du centre de la ville. Ce rayon de 5 à 10 km permet d’habiter des quartiers qui, en général, sont nettement moins chers que les quartiers centraux. Informez-vous sur les services près de votre nouveau lieu de résidence : une garderie et une épicerie à 10 minutes à pied vous faciliteront grandement la vie !

2. Choisir son logement en fonction du plan de transports en commun, en veillant à se situer à moins de 600 mètres d’une station de bus, métro ou tramway (10 minutes à pied). Utiliser les transports en commun quand il faut aller d’un bout à l’autre de la ville ou quand il n’est pas possible de faire autrement.

3. Utiliser le plus possible le vélo pour le travail, les courses, les sorties, etc. et se procurer un équipement complet anti-pluie pour le vélo.

4. Aménager son vélo pour pouvoir porter des charges relativement lourdes et faire ses courses.

5. Se faire livrer par Internet tout ce qui est trop encombrant. De plus en plus de commerces offrent des services de livraison.: épicerie, magasins de meubles, restaurant, etc.

6. Acheter un abonnement annuel de train, France entière, pour moins de 600 euros (donne droit à 50% de réduction sur tous les billets, n’importe quand). Si on effectue seulement une liaison régulière, préférer l’abonnement par lignes, beaucoup moins cher.

7. Pour faciliter vos déplacements, planifiez vos trajets avec les outils que les sociétés de transport mettent à votre disposition (atlas, horaires, cartes, calculateurs de trajets disponibles sur les sites Internet et par téléphone).

8. Essayer quand c’est possible de mettre son vélo dans le train.

9. Quand on voyage en Europe, utiliser le train à couchette. C'est pas forcément beaucoup plus cher que le train classique, et c'est nettement plus pratique.

10. Visitez le site Internet CarFree France pour mieux connaître les alternatives à l’automobile !


verbes

noms

expression nominale

adjectif

adverbes

Quizlet

 

Haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

m.,.